À l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance du Congo, le roi Philippe a exprimé dans une lettre adressée ce 30 juin 2020 au président de la République Félix Tshisekedi, ses “plus profonds regrets pour les blessures du passé” et les “souffrances” infligés au Congolais lors de la colonisation.

Le descendant de Léopold 2 a reconnu que la période coloniale a également “causé des souffrances et des humiliations” aux congolais.

“Notre histoire est faite de réalisations communes mais a aussi connu Pourdes épisodes douloureux. A l’époque de l’État indépendant du Congo des actes de violence et de cruauté ont été commis, qui pèsent encore sur notre mémoire collective.
“, a-t-il expliqué.

Le roi Philippe a rassuré de sa détermination de continuer à combattre toutes les formes de racisme.

“J’encourage la réflexion qui est entamée par notre parlement afin que notre mémoire soit définitivement pacifiée”, a-t-il ajouté.

Le descendant de Léopold 2 a affirmé que la Belgique et la RDC doivent pouvoir se parler de la longue histoire commune en toute vérité et en toute sérénité en vue de renforcer davantage leurs liens et développer une amitié encore plus féconde.

Tout en félicitant le chef de l’État, le roi Philippe a regretté de ne pouvoir pas assister aux festivités auxquelles il avait été invité.

“Les circonstances actuelles ne permettent malheureusement pas de me rendre dans votre beau pays, que j’aimerais tant mieux connaître. J’espère que j’en aurai bientôt l’opportunité”, a-t-il conclu.

Le roi Philippe est le premier souverain régnant à exprimer ses regrets au sujet des “astrocités”, subies par les Congolais lors de la colonisation.

Dans son discours à la nation sur le 60 ans d’indépendance du pays, le chef de l’État Félix Tshisekedi a souhaité que “notre histoire commune avec la Belgique et son peuple, soit racontée à nos enfants en RDC ainsi qu’en Belgique sur la base d’un travail scientifique réalisé par les historiens des deux pays”.

Jonathan K.