En République démocratique du Congo, les autorités nationales et locales s’engagent pour la sensibilisation des miliciens qui sèment mort et désolation dans la province de l’Ituri, au-delà de la voie des armes. Ainsi, une délégation composée d’anciens chefs rebelles a été dépêchée à Bunia – chef-lieu de la province – avec un ordre de mission signé par le directeur de cabinet intérimaire du chef de l’État.

Selon RFI, Germain Katanga, ancien commandant de la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI), sorti récemment de la prison après sa condamnation de six ans par la Cour pénale internationale (CPI) et Mathieu Ngudjolo, ancien commandant en chef du Front des nationalistes intégrationnistes (FNI) et ancien dirigeant de la FRPI figurent parmi les délégués.

À part Djugu, ils se rendront également dans les territoires de Mahagi et d’Irumu.

L’objectif de la mission consiste à convaincre les combattants de la milice Codeco à déposer les armes, organiser leur identification et accélérer le processus de leur éventuelle reddition afin de mettre fin aux hostilités.

La situation dans la province de l’Ituri inquiète également les juridictions internationales dont la Cour pénale internationale (CPI).

Entre temps, les ARDC ont renforcé leur présence dans plusieurs zones.

Pour rappel, samedi 04 juillet, 11 personnes dont l’administrateur du territoire adjoint de Djugu et le comptable du territoire d’Aru, ont été tués dans une embuscade tendue par les présumés miliciens de la Codeco dans le territoire de Djugu.

Félix ILUNGA