Au Mali, le président Keita a démissionné mardi soir, sous la contrainte des militaires, il s’est adressé aux maliens via la télévision publique.

« Je voudrais à ce moment précis, tout en remerciant le peuple malien de son accompagnement au long de ces longues années et la chaleur de son affection, vous dire ma décision de quitter mes fonctions, toutes mes fonctions, à partir de ce moment », a déclaré sur un ton grave le président Keïta dans une allocution diffusée par la télévision nationale ORTM.

Contesté dans la rue depuis plusieurs semaines, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre Boubou Cissé ont été arrêtés mardi par des militaires en révolte.

Les deux dirigeants “ont été conduits par les mutins dans des véhicules blindés à la base militaire de Kati, en banlieue de Bamako, La ville garnison ou 8 ans plus tôt une mutinerie renversait son prédécesseur l’ancien président Amadou Toumani Touré.

La Cédéao, médiatrice au Mali, a affirmé dans un communiqué suivre “avec une grande préoccupation” la situation après avoir procédé à la fermeture des frontières régionales avec le Mali.

Sur son compte Twitter, Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a également condamné “l’arrestation du président Ibrahim Boubacar Keïta, (du) Premier Ministre (Boubou Cissé) et (d’)autres membres du gouvernement malien et appelle à leur libération immédiate”.

Africanews.