Le ministre d’Etat, ministre des Ressources hydrauliques et électricité, Eustache Muhanzi, a palpé du doigt l’état d’avancement des travaux de construction du barrage hydroélectrique de Busanga dans la province du Luabala. Un projet visant à réduire de 240 mégawatts le déficit de l’énergie électrique que connait l’industrie minière dans cette partie du pays.
Il s’est fait accompagné du gouverneur du Lualaba, Richard Muyej Mangez Mans, et d’une délégation de la Société nationale d’électricité (SNEL) conduite par son directeur général Jean Bosco Kayombo ainsi que du président du Conseil d’administration de l’Agence de l’électrification en milieu rural.

« Sicomines avait besoin de l’énergie. Une chose qui sera faite d’ici 15 ou 18 mois, comme vous l’avez dit. Il n’y a pas de développement sans l’énergie. J’ai eu l’occasion de palper du doigt l’œuvre grandiose que vous faites. J’encourage. Je vous félicite. Tous les rapports que nous recevons au quotidien sur papiers, nous l’avons vécu de visu. Nous avons été émerveillés par le projet gigantesque qui est Busanga. Vous nous avez posez quelques problèmes principaux. J’ai noté trois problèmes : la délocalisation des carrés miniers, l’indemnisation des riverains, mais aussi le prix », a déclaré Eustache Muhanzi.

Eustache Muhanzi : « nous pourrions avoir l’électricité du barrage de Busanga dans les 18 mois » 6

Satisfait de l’état d’avancement de ces travaux, le ministre d’Etat n’a pas manqué de rappeler la portée de ce projet Busanga non seulement pour l’industrie minière mais aussi pour les populations de l’espace Katanga.

Il y a lieu de rappeler que la réalisation de ce projet a été estimé par Sycohydro à 660 millions USD. Ce fonds devait être financé à parts égales entre la RDC et la partie chinoise intervenant dans le cadre du contrat sino-congolais.

« Le projet minier a besoin de 170 mégawatts, il sera donc possible de réinjecter 70 mégawatts sur le réseau national qui viendront s’ajouter aux 50 mégawatts fournis jusqu’ici par la SNEL (société nationale d’électricité) au projet minier. C’est donc un projet très important pour l’avenir énergétique du pays », expliquait Moïse Ekanga récemment dans une interview accordée au média Belge Afrique La Libre.

Au courant de cette même mission, le ministre d’Etat, ministre des Ressources Hydrauliques devra aussi évaluer le projet de construction d’un poste de transformation à Kasumbalesa et recevoir les nouveaux postes de transformation du réseau sud. Il devra également inspecter la réhabilitation et/ou la construction des centrales de Koni et Sombwe.

Eustache Muhanzi : « nous pourrions avoir l’électricité du barrage de Busanga dans les 18 mois » 7

Cette dernière qui est en cours d’érection sur le bassin versant de la rivière Lufira. Une fois achevée, au quatrième trimestre de l’année 2024, elle pourra produire 125 mégawatts d’électricité pour alimenter les opérateurs miniers et des ménages à travers le réseau de la Société nationale de l’électricité (SNEL).

Pour y parvenir, Kipay Energie & Investments de Eric Monga a prévu de se connecter au réseau interconnecté de la SNEL en construisant (entre fin 2020 et mars 2023) une ligne de transmission haute tension de 200 kilomètres, reliant Sombwe à Fungurume.

La mission du ministre d’Etat, Eustache Muhanzi dans le haut-Katanga et Lualaba va se clôturer le 7 septembre 2020.