En cette période de la pandémie de coronavirus qui menace terriblement le monde entier, les médecins méritent une attention particulière au regard de leur engagement dans la lutte contre ce fléau mondial. Malheureusement, les médecins des services publics de l’État, membres du Syndicat des médecins du Congo (SYMCO) déplorent l’inattention que leur réserve le gouvernement congolais même en ce temps particulier de crise sanitaire. Le Symco a décrié ce comportement au cours d’une conférence de presse tenue ce samedi 04 juillet à Kinshasa.

Rappelant l’impérieuse nécessité de prendre en compte les problèmes socioprofessionnels des médecins, le secrétaire général de ce syndicat, le docteur Juvénal Muanda, a déclaré que ” la paix sociale est gravement menacée”.

Il dit constater avec amertume qu’aucun engagement n’est à ce jour tenu de manière effective pour préserver la paix sociale en cette période de la covid-19.

“Aucune instruction de paie pour l’alignement à la prime de risque professionnel des médecins, même pour ce troisième trimestre en dépit de la programmation y afférente; aucune réunion n’est encore convoquée pour la réactivation des rubriques et pour en convenir le taux et l’échéancier, les conditions de travail sont restées les mêmes en dépit du contexte de covid-19, (…)”, se plaint Juvénal Muanda Nlenda.

Face à cette situation, les médecins des services publics de l’État se disent tentés de remettre en cause la crédibilité et la volonté du gouvernement de tenir les engagements spécifiques pris dans le cadre de l’addendum a l’accord de Bibwa, signé en janvier entre les deux parties.

Dans la foulée, le SYMECO dénonce le silence [lourd] des membres du gouvernement qui ont pourtant nourri les espoirs autour de la résolution effective et imminente des préoccupations en cause.

En revanche, le Bureau Exécutif national du Syndicat des médecins demande au gouvernement d’honorer les sacrifices et les risques encourus par les médecins en tenant les engagements et sollicite également l’implication personnelle du chef de l’État dans ce dossier.

Aussi demande-t-il à tous ” les médecins de se mobiliser et de se tenir prêts pour toutes les actions devant être décidées et menées dans la cohésion et le respect des dispositions légales, en vue de la tenue par le gouvernement de tous ses engagements pris dans le cadre de l’addendum à l’accord de Bibwa.

Félix ILUNGA