Dans un communiqué signé le 26 juin, la présidence de la République dément l’information selon laquelle le chef de l’État a claqué la porte du conseil des ministres à cause du vice-premier ministre de la justice, Tunda Ya Kasende. Un incident qui aurait mis fin brutalement à la 37ème réunion du Conseil des Ministres.

“Devant participer à la réunion Extraordinaire des Chefs d’Etats africains, membres du Bureau de l’Union Africaine, tenue par visionconférence ce même après midi du 26 juin 2020, le président de la République s’est trouvé devant un cas d’empêchement”, renseigne Désiré cashmir kolongele Eberande directeur de cabinet a.i de la présidence.

Le cabinet de la présidence de la république précise que Félix-Antoine Tshisekedi a délégué Conformément à l’article 79 de la constitution, le premier ministre Ilunga Ilunkamba, le pouvoir de présider et de terminer la réunion du conseil des ministres.

Des rumeurs dans la presse et sur les réseaux sociaux ont fait état d’un incident survenu au cours de la trente-septième réunion du Conseil des ministres après les réprimandes du chef de l’état au vice-premier ministre de la justice, Tunda Ya Kasende.
Selon cette source, les 3 propositions de loi sur la réforme de la justice initiées par les députés nationaux Aubin Minaku et Gary Sakata seraient à la base de cette situation.

Tunda ya Kasende aurait transmis les avis du gouvernement à l’assemblée a l’insu du premier ministre, sans donc l’accord du conseil des ministres, ni avertir le président de la République.

Marien NLEMVO