Dans cette capitale de plus de 12 millions d’habitants, Kinshasa a rarement vu un événement le tenir tant en haleine!
C’est à se demander si les mesures de l’État d’urgence ont été respecté?
Dans une buvette de Ngiri-ngiri, officiellement fermée, mais dont seul les tables sont en ordre avec la loi parce-que absente, les kinois se sont agglutinés en masse devant un petit écran pour suivre ce feuilleton à succès dénommé procès des 100jours ! Ici pas question de distanciation sociale , c’est l’oeil sur l’oeil “lisu likolo ya lisu” on y scrute tous les faits, dires et gestes à la loupe, les propos des acteurs sont le sujets de discussions spontanées selon la compréhension de chacun de ce méli-mélo judiciaire.
Du côté de Bandalungwa un peu près le même constat, une terrasse avec balcon a été pris en possession par un groupe des jeunes messieurs visiblement pour la plupart des intellectuels, discutant tout autant de cette phase 3 du procès 100jours.
Chacuns avec ses convictions et sa sensibilité politique le tout en respectant certains gestes barrières, mais avec un ton élevé certainement emportés par la volatilité de l’alcool pris sous les chaises en “catimini”. Quand c’est le prévenu Sammir jammhal qui s’exprime “c’est Le Jammahl comedy club ou le jammahl show qui commence” me lance un des buveurs de ce bar.
Le clou de ce spectacle de Makala intervient a la comparution de Soraya Mpiana et Amida Shatur Kamerhe respectivement belle fille et épouse du prévenu Vital Kamerhe. De la timidité de la fille la sérénité de l’épouse a étonné plus d’un! Et c’est là que plusieurs kinois ont découvert une version de cette femme moins connue du folklore populaire de la capitale mégapole.
Une femme qui a mêlé en elle admiration et intrigue, mais dont la nasse dans laquelle son mari est pris déteint énormément sur elle .
Puis vînt le conseiller principal Bilomba, qui comme l’imprevisible du film entraîna le tribunal dans un mano à mano avec son chef hierachique faisant découvrir a la face du monde le mal profond qui gangrène la présidence de la République.
Bilomba dans sa volonté de clouer Vital Kamerhe balance tous au point de créer la confusion sur les déclarations de certains témoins précédents. “Le juge pénal est actif! ” me lance un des clients du bar visiblement praticien du droit, qui peut comprendra cette phrase.
Les kinois ont suivit ce procès de près de 14h sur la chaîne nationale qui a certainement battut tous ses records d’audience, un audimat visible dans les rues de la ville, désertées par ses habitants au point ou même le fameux embouteillage de kasavubu entre Le Rond point Molaert et l’arrêt Tshibangu n’a pas été respecté !
Voilà, en ses temps assez pénibles de Covid-19, les kinois ont trouvé leur opium sortie tous droit des studios non pas hollywoodien mais “makalien” entendez par là de la prison de makala.
Le 11 juin prochain sera jour 4 pour ce procès et là interviendra les plaidoiries des parties au procès, la bataille sera au niveau des hommes en noirs, une sorte de classico pour les kinois qui attendent des avocats et procureurs cette fois ci de clarifier leurs moyens afin de donner au tribunal l’intime conviction nécessaire pour prononcer un jugement et ainsi finir la saison 1 de cette alléchante série “100jours , le procès ! “
Oui saison 1, parcequ’au regard des éventuels rebondissements et à la poursuite de l’instruction au niveau du parquet de kinshasa Matete sur la même affaire, une saison 2 ne serait pas exclus.

Thierry BWONGO.