Now Reading
Situation à Yumbi : «il n’y a pas de fosses communes, il y a des tombes ou plusieurs personnes ont été enterrées» L. Zerrougui

Situation à Yumbi : «il n’y a pas de fosses communes, il y a des tombes ou plusieurs personnes ont été enterrées» L. Zerrougui

La cheffe de la Mission des Nations-Unies au Congo (MONUSCO), Leila Zerrougi s’est exprimée lors de la conférence de presse à Kinshasa mercredi 30 janvier 2018 sur la situation de Yumbi dans la province du Mai-ndombe.

Pour la patronne de la MONUSCO, il n’y a pas eu des fosses communes dans cette partie du pays.

« Vous avez dit le mot fosses communes, je voudrais encore ici, je n’arrête pas de le dire, et j’ai cette opportunité, merci de me le dire, il n’y a pas de fosses communes, il y a des tombes » ou plusieurs personnes ont été enterrées », a-t-elle déclaré.

Selon Leila Zerrougui, les morts retrouvés, ont été enterrés par la population dans un geste humanitaire.

« La connotation de fosses communes, cela veut dire qu’on a exécuté [de manière]
extra-judiciaire des gens, peut-être par des forces gouvernementales, et on essaie de camoufler
et on met dans des fosses communes pour ne pas identifier les gens. Ce n’est pas le cas. C’est juste que les gens ont essayé de couvrir les cadavres, de ne pas les laisser exposer au sein de la
ville, peut-être [pour ne pas être] mangés par les animaux. Donc, c’est une action humanitaire. S’il vous plaît, ne dites pas fosses communes, c’est tout simplement des tombes communes où on
a enterré beaucoup de gens, c’était pour respecter et [rendre] l’hommage qu’on rend aux morts. Les
gens sont tués dans la ville, enterrés comme cela, j’espère qu’un jour, on leur fera des vraies sépultures
et leur rendra hommage », a-t-elle expliqué.

Avant d’ajouter « Nous avons déployé les militaires, -comme vous le savez, c’est une zone où la MONUSCO n’était pas
là. Nous avons déployé les militaires, hier ils devaient quitter, je leur ai dit non, restez encore ».

La représentante personnelle du secrétaire général de l’organisation des Nation-Unies en RDC a exprimé la volonté de son organisation de continuer à accompagner le processus électoral ainsi que le retour à la paix.

See Also

« Nous voulons vraiment accompagner le processus : de retour des populations, de prendre en charge la
situation sur place ; aider à ce que les élections se tiennent en mars, mais le plus important, je dis qu’on a besoin d’un geste symbolique, et pour moi le geste symbolique, c’est qu’on essaie très vite de
reconstruire l’école. Et je vais vraiment tout faire pour qu’on reconstruise l’école rapidement, pour
encourager les parents à revenir chez eux », a-t-elle conclu.

Selon le Haut-commissariat de l’ONU au moins 890 personnes ont été tuées entre le 16 et le 18 décembre dans quatre villages du territoire de Yumbi, dans la province de Mai-Ndombe, à plus de 300 km au nord de Kinshasa,

Ange Makadi Ngoy

What's Your Reaction?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

© AFRICA243. tous droits réservés. Times Media Global

Scroll To Top