Now Reading
RDC : Mo Ibrahim et Alan Doss exigent la publication détaillée des résultats des élections du 30 décembre 2018

RDC : Mo Ibrahim et Alan Doss exigent la publication détaillée des résultats des élections du 30 décembre 2018

Dans une tribune publiée ce vendredi 01 février 2019 sur le site Le Monde.fr, Le milliardaire soudanais Mo Ibrahim, président de la fondation qui porte son nom et Alan Doss, président de la Fondation Kofi Annan qualifient les résultats de la présidentielle de décembre 2018 en RD Congo d’une « défaite pour la démocratie ».

Les deux personnalités demandent à l’Union Africaine, l’Union européenne, la SADC et l’ONU d’exiger à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) la publication détaillée des résultats des élections du 30 décembre dernier.

« C’est pourquoi nous appelons la SADC, l’UA, l’UE, l’ONU en particulier à ne pas renier les aspirations démocratiques du peuple congolais qui a voté massivement pour le changement. Il est encore temps d’insister pour que soient publiés les résultats détaillés de la CENI pour ces élections présidentielles et législatives », écrivent-t-ils.

Pour Mo Ibrahim et Alan Doss, le nouveau Président Félix Tshisekedi risque de souffrir de légitimité malgré sa légalité.

« Kofi Annan a souvent rappelé que la légalité ne confère pas nécessairement la légitimité. Nous avons vu à maintes reprises des dirigeants mis en place par des manœuvres légales qui échouèrent en définitive à leur conférer la légitimité dont ils avaient besoin pour diriger efficacement leur pays, notamment en période de crise. La communauté internationale devrait s’en souvenir, au moment où elle se demande comment réagir à la crise postélectorale qui a éclaté au Congo », ajoutent-ils.

Par ailleurs, les présidents des fondations Mo Ibrahim et Kofi Annan craignent que les élections en RDC n’apportent aucun changement.

See Also

« Le peuple congolais risque de se tourner vers d’autres méthodes pour renverser l’insupportable statu quo qui fait que la grande majorité de la population piétine dans la pauvreté tandis qu’une poignée d’individus au sommet de l’Etat amasse des fortunes. Il y a déjà des bruits de bottes à l’Est, qui a un lourd passé d’insurrection. Il y a là déjà des dizaines de groupes armés actifs qui pourraient être mobilisés. De nombreux voisins de la RDC seront affectés si une nouvelle vague de violence généralisée éclate au Congo », s’alarment-ils.

Signalons que cette tribune intervient à 24 heures du meeting dit de vérité, à l’initiative de la coalition Lamuka, autour de l’opposant Martin Mayulu, arrivé officiellement deuxième à la dernière présidentielle mais qui continue à revendiquer la victoire.

Ange Makadi Ngoy

What's Your Reaction?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

© AFRICA243. tous droits réservés. Times Media Global

Scroll To Top