Près d’un tiers des cigarettes en France est-il issu de la contrefaçon ou de la contrebande?

Près d’un tiers des cigarettes en France est-il issu de la contrefaçon ou de la contrebande?

Jeanne Pollès, la patronne de Philip Morris France, a averti que la hausse à venir des taxes pourrait pousser les Français à acheter leurs cigarettes ailleurs que dans les bureaux de tabac.

Que pèse la vente de cigarettes de contrebande en France ? Alors que le prix du paquet de cigarettes va suivre l’inflation et augmentera de 50 centimes l’an prochain, Jeanne Pollès, la présidente de Philip Morris France, estime que cela va pousser les Français a acheter ailleurs que chez le buraliste.

D’ailleurs, le marché parallèle est déjà très présent d’après elle : « Les statistiques sont alarmantes. Chaque année, ça progresse. Aujourd’hui, on estime que 35 % de la consommation des cigarettes sort du réseau légal des buralistes, 29% qui sont de la contrefaçon ou de la contrebande », a-t-elle affirmé sur RMC. Un chiffre surestimé d’après un rapport parlementaire, publié l’an dernier, qui s’est penché sur la question et qui estime que la fiabilité de cette estimation est « régulièrement remise en cause ».

Une méthodologie contestée

Dans le rapport parlementaire, on retrouve bien les 29% avancés par la patronne de Philip Morris France. Ce chiffre est issu d’une étude du cabinet de conseil KPMG (édition 2021) qui se penche depuis une dizaine d’années sur le marché parallèle du tabac. Sauf que cette étude, note le rapport parlementaire, est contestée. D’abord parce qu’elle est en partie financée par… Philip Morris, et aussi parce que la méthodologie utilisée fait l’objet de critiques. Il s’agit de la méthode dite du « ramasse paquet ». En clair, les auteurs de l’étude s’appuient sur des paquets vides ramassés aléatoirement dans un échantillon de villes et de quartiers, ce qui exclut par exemple le paquet de cigarette qu’un fumeur peut jeter chez lui dans sa propre poubelle.

Cette manière d’estimer le marché parallèle, d’après des associations de lutte contre le tabagisme, a pour effet de surestimer le véritable volume de cigarettes issues de la contrebande ou de la contrefaçon.

Un marché parallèle difficile à estimer précisément

Il existe d’autres chiffres qui tentent d’estimer le marché parallèle en France. L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies et Santé publique France ont mené plusieurs études. La première, publiée en 2005, estimait que le marché parallèle représentait moins de 15% des ventes totales de tabac.

D’après le rapport parlementaire, qui s’appuie sur d’autres évaluations plus récentes, le marché parallèle représente aujourd’hui entre 15 et 25% du volume total des cigarettes consommées en France. C’est-à-dire une estimation plus faible que le chiffre avancé par Philip Morris.